© 2015 par Librairie Galerie Louis Rozen.

  • facebook-square
  • Instagram - Black Circle

"NICOLAS DE STAËL" présenté par André CHASTEL. Editions Le Temps, Paris. 1968.
Ref LAR0169

NICOLAS DE STAËL

€190.00Prix
  • "NICOLAS DE STAËL" présenté par André CHASTEL. Editions Le Temps, Paris. 1968. Grand et fort in-8, couverture toilée noire sous jaquette illustrée en couleurs. 408 pages. Texte en français, lettres de Nicolas de Staël annotées par Germain Viatte, illustré de nombreuses reproductions photographiques noir & blanc, in-texte et hors texte, catalogue raisonné des peintures établi par Jacques Dubourg & Françoise de Staël illustré de 1059 reproductions photographiques noir & blanc et couleurs, certaines sous forme de vignettes et d'autres pleine page, de chacune de ces œuvres. 

    "Cet ouvrage est composé chronologiquement en deux parties : Les lettres de Nicolas de Staël que nous avons pu réunir, de 1926 jusqu'au jour de sa mort; Le texte des lettres reproduites a été collationné par Françoise de Staël sur les originaux ou leurs photocopies, respectant orthographe et ponctuation. Parallèlement, les reproductions en noir ou en couleurs et les notices du catalogue accompagnent, dans toute la mesure du possible, la correspondance. Dans un petit nombre de cas, il a paru préférable de supprimer le nom de certaines personnes mentionnées par le peintre et de les remplacer par M., N. ou l'initiale. Le Catalogue raisonné, établi par Jacques Dubourg, en collaboration avec Françoise de Staël, respecte l'esprit dans lequel l'artiste avait lui-même répertorié ses œuvres principales à partir de 1942..."

    "On n'éclaire pas sans brûler. Cela est vrai de l'art qui à un certain degré d'intensité consume l'être comme une passion, et cela est vrai de l'existence humaine, où il n'y a de rayonnement vrai qu'au prix d'une usure plus ou moins lente et cachée due aux flamboiements du désir, aux emportements du cœur ou de la tension de l'esprit. Qui ignore ou dédaigne cette loi ne peut que méconnaître Nicolas de Staël, car il en fut conscient au point de tout lui soumettre. Sa grande et peut-être sa seule préoccupation était de ne rien épargner et de sentir toujours "un peu de feu vif" en lui-même et autour de lui, sans égard aux précautions et aux règles communes. La peinture était devenue l'instrument et le prix royal de cette exigence. Tout fut si rapide, si actif et si intense qu'après treize ans il est toujours impossible de démêler dans son renom et dans sa signification ce qui revient à l'allure ardente et libre de la vie ou à la densité de l'œuvre. Son génie fut de les confondre. Le plus urgent n'est pas aujourd'hui d'en faire le départ mais d'exposer aussi simplement que possible, quand il en est temps encore, la teneur exacte, la richesse et l'éclat de cette exigence et de cette peinture. Tel est le but de l'ouvrage qui présenté ici et de ces quelques pages d'introduction..." André Chastel. Ref LAR0169